Baby holding parent pinky finger

Edito

Paris, le 24 mai 2022

​​Chères Consœurs, Chers Confrères,

En cette période qui précède les élections législatives, le Conseil National nous a missionné pour rencontrer les candidats afin de les sensibiliser à la cause des femmes, qui ne peut pas se décliner sans celle des sages-femmes.

J’ai rencontré quelques candidats et pu évoquer l’ensemble des problèmes rencontrés par la profession et l’impact de la maltraitance qui se décline en une réelle violence faite aux femmes, aux couples et aux nouveau-nés, liée à une carence de sages-femmes sans précédent.

 

La situation des maternités à Paris est extrêmement préoccupante : j’ai donc appelé l’ensemble des sages-femmes coordonnatrice des maternités, et j’ai eu 14 réponses sur 15, ayant juste une évaluation pour la 15ème maternité par une sage-femme salariée de l’établissement.

On note jusqu'à 13 postes vacants selon les maternités, 67 au total en mai pour les 16 maternités parisiennes, avec une aggravation cet été, ce qui reviendrait à fermer une maternité à 5000 naissances par manque de sages-femmes.

J'ai parallèlement évoqué l'impact de la carence de sages-femmes sur le secteur libéral, l'HAD, les PMI et les centres de plannings familiaux.

 

Vous trouverez ci-dessous les derniers chiffres concernant la profession, et l’accès aux soins des femmes, ainsi que les documents soumis aux candidats.

Conjointement, partant de la maltraitance des femmes pour arriver à celle des sages-femmes, j’ai écrit un article, qui paraîtra dans les tribunes du journal « Le Monde » dans les jours qui viennent, qui donnera une visibilité également à la population française. Je remercie donc toutes les sages-femmes coordonnatrices qui se sont mobilisées et m’ont permis d’obtenir cette tribune.

Les retombées ne règleront pas les problèmes à court terme, mais cette sensibilisation ne pourra qu’avoir un impact positif sur les décisions qui seront prises concernant notre profession.

Vous adressant mes salutations confraternelles,

 

Votre dévouée,

Cécile MAREST

Présidente du Conseil Départemental de l’Ordre des Sages-Femmes de Paris

 
PHOTO ELUS PRESENTATION.png

Nos missions

- veille au maintien des principes de moralité, de probité, de compétence et de dévouement indispensables à l'exercice de la profession de sage-femme,

- veille à l'observation par les sages-femmes des devoirs professionnels et des règles déontologiques,

- défend l'honneur et l'indépendance de la profession de sage-femme,

- assure notamment les fonctions de représentation de la profession dans le département,

- autorise le président du conseil à ester en justice, à accepter tous dons et legs à l'Ordre, à consentir toutes aliénations ou hypothèques et à contracter tous emprunts,

- statue sur les demandes d'inscription des sages-femmes désirant exercer dans leur département et procèdent à la radiation du tableau des sages-femmes,

- gère les finances de l'Ordre au niveau du département, sous le contrôle du Conseil national,

- saisi, s'il a connaissance d'un cas où l'infirmité ou l'état pathologique de la sage-femme rend dangereux l'exercice de sa profession, le conseil interrégional dans le ressort duquel le département est situé afin de lancer une procédure de suspension temporaire du droit d'exercer,

- exerce devant toutes les juridictions tous les droits réservés à la partie civile relatifs aux faits portant un préjudice direct ou indirect à l'intérêt collectif de la profession,

- crée des organismes de coordination avec les autres conseils départementaux, sous le contrôle du Conseil national,

- organise et procède à la réunion de conciliation dans le cadre d'un dépôt de plainte ou d'un conflit entre consœurs.